Le patrimoine est un témoignage prégnant de lieux, de langues, de bâtisses et matériaux, … Il constitue l'héritage d'une histoire et appartient à la mémoire collective des hommes. Dans le cadre d'un projet porté par Noella Poemate, leur professeur mais également Valentine Tidjite, animatrice de l’Écomusée, Honoré Diéméné, directeur du centre culturel, et Romaric Néa, chargé des musées et de patrimoine à la province Nord, les élèves de 6ème A du collège de Cata (Tiéta) ont découvert les richesses de Vook (Voh).

1. Sur le chemin des pétroglyphes de Bweyen (Boyen). (crédit photo Glenn Bernanos). -Wauka, Jason, Moïse, Marlène, Yvanick, Andréa, Tiata, Kenzia, Karine, Alicia, Marie-Louise, Henri, Alan, Simona, Floriane, Abigail, Kayla, Maria, Catherine, Jeff, Ismael, Joshua, Stéphane, Abinoam, Edwin, Elysée, Kenzo-, ont eu la chance de pouvoir découvrir leur région et son patrimoine. Une transmission hors des manuels scolaires, depuis Bweyen mais également Webuihoone, pour une page historique sur ses vestiges et la colonisation.

1. Sur le chemin des pétroglyphes de Bweyen (Boyen). (crédit photo Glenn Bernanos). -Wauka, Jason, Moïse, Marlène, Yvanick, Andréa, Tiata, Kenzia, Karine, Alicia, Marie-Louise, Henri, Alan, Simona, Floriane, Abigail, Kayla, Maria, Catherine, Jeff, Ismael, Joshua, Stéphane, Abinoam, Edwin, Elysée, Kenzo-, ont eu la chance de pouvoir découvrir leur région et son patrimoine. Une transmission hors des manuels scolaires, depuis Bweyen mais également Webuihoone, pour une page historique sur ses vestiges et la colonisation.

2. Patrimonium de Vook, en présence des intervenants culturels

2. Patrimonium de Vook, en présence des intervenants culturels

Les journées du 26, 27 et 30 septembre, ont été riches d'enseignements, pour la vingtaine d'élèves de 6ème A, du collège de Cata (Tiéta). Accompagnés des éducateurs, ils ont pu aborder les notions de patrimoine, à l'honneur en ce mois. «Que veut dire le mot patrimonium ? Qu'est ce que la toponymie ?», a interrogé Romaric Néa, partenaire du projet. Les enfants ont pu comprendre facilement lors de son intervention, les différences entre patrimoine matériel, immatériel et naturel. Ce dernier a éclairé la mission de la province Nord, en ce sens. « Nous faisons un gros travail d'enquête, de recherche et de collecte, notamment du patrimoine culturel kanak dispersé. Il s'agit ensuite de le protéger et de le valoriser.» Honoré Diéméné, le directeur du centre culturel de Vook, a refait avec les jeunes, le chemin des tribus, depuis Cata (Tiéta), Kawewat (Témala) jusqu'à Bweyen (Boyen). Il leur a présenté un ouvrage au titre évocateur: «Kibo, le serment gravé», pour une visite guidée dès le lendemain, autour des pétroglyphes. Ces derniers ont eu tout au long de la programmation, un livret pédagogique à remplir, délivré par Valentine Tidjite. «Je leur demande en plus, de résumer chaque jour, par l'écriture», a souligné Noëlla Poemate, leur professeure. (photo 1. et 2.)

3. Fékapi et torréfaction à l’Écomusée du café de Voh

3. Fékapi et torréfaction à l’Écomusée du café de Voh

Le rôle majeur de l’Écomusée du café est la valorisation du patrimoine mais également, la transmission aux jeunes générations. Les élèves ont clôturé là, leur voyage autour du patrimoine de Vook, avec José Kabar, directeur de l'établissement. Ils ont assisté à une démonstration de torréfaction un peu particulière : la naissance du premier nectar portant le nom de Camale, et symbolisant les terres de la tribu de Gatope, sur lequel se trouve le site et ses plantations de caféier. Avec Valentine Tidjite, ils ont pris connaissance de la mascotte Fékapi, qui témoigne du travail patrimonial fait sur place.Tôt le matin, les enfants avaient déjà eu une longue page d'histoire sur le plateau des massacres et ses vestiges historiques. Ils ont encore visionné un film documentaire sur la création du centre de Voh, avant de s'adonner à d'autres joies, comme celle de prendre un repas amplement mérité.

 

Article et photos Claudine Quéré

 

Retour à l'accueil